fbpx

Edukiya

Réussir dans l’agriculture en Afrique : atouts et métiers d’une filière dynamique

« Faire des études … pour être agriculteur ? »

Les croyances ont la peau dure et le secteur de l’agriculture n’y échappe pas. Pourtant quand on s’y penche de plus près, il offre de belles perspectives à ceux qui osent. L’agriculture est un grand pourvoyeur d’emplois en Afrique de l’Ouest, 60% de la population active travaille dans et pour le secteur agricole, en plus des réussites d’entrepreneurs. On vous fait reconsidérer la question !

POURQUOI CHOISIR DE TRAVAILLER DANS L’AGRICULTURE ?

Que ce soit le café-cacao en Côte d’Ivoire, le manioc et les fraises au Burkina Faso, l’arachide et le coton au Sénégal, le maïs et le riz au Bénin, les élevages (poulet, porcin) … l’agriculture en Afrique est une filière dynamique dans la recherche et sur le terrain.

En 2018, José Graziano da Silva alors Directeur général de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) le rappelle : « Il est indispensable que les pays africains réalisent le potentiel des zones rurales pour l’agro-industrialisation et pour créer davantage d’opportunités d’emplois pour les jeunes »

Le TOP 5 des bonnes raisons de se lancer sont les suivantes :

  1. L’atout numéro 1 de la filière est la valeur d’utilité sociale qu’elle apporte. Elle contribue à l’autosuffisance locale, régionale et pourquoi pas à l’échelle du continent. Concrètement, c’est aussi une activité qui valorise le territoire et donne du travail à plusieurs personnes.
  2. La filière promet un apprentissage concret, car si vous être sensible à l’évolution de la nature et des cultures, vous trouverez votre place en proximité avec le vivant.
  3. C’est l’opportunité de s’impliquer dans la transition vers le développement durable. Avec les enjeux de l’économie verte, les nouveaux modes de cultures se pensent maintenant. Par exemple, l’agriculture intégrée est un modèle qui mêle l’agriculture, la pisciculture, la cuniculture (élevage de lapins), le maraîchage, et l’élevage de pondeuses. Les avantages ? Une diversification des ressources qui ensemble profitent au recyclage, à la lutte contre la pollution et réduit les coûts de production. Elle limite l’apport des engrais et les déchets recyclés réalimentent les animaux et la terre. Les charges sont donc limitées dans le temps.
  4. L’accompagnement de l’évolution technique et mécanique des métiers pour rendre l’agriculture plus performante. Cela passe par la prise en main de nouvelles machines et des infrastructures industrielles de transformation des matières premières localement. Une des finalités étant de protéger le pouvoir d’achat des populations en réduisant le recours aux importations.
  5. Enfin, le développement numérique avec des applications. L’objectif est de connecter les nouvelles technologies à l’agriculture pour de meilleures prévisions, conseils et rendements.

C’est le défi que s’est lancé la jeune entreprise (Start-up) ivoirienne « Biosave », lauréate du Prix de l’Entrepreneur Social Orange en 2019. Ses fondateurs ont créé une application mobile qui forme les agriculteurs à la conception d’engrais et d’insecticides biologiques, grâce à un serveur vocal interactif. L’agriculture de demain, on vous dit !

 

LES MÉTIERS DANS L’AGRICULTURE 👩🏾‍🔬👨🏾‍🌾

Une diversité de champs d’application qui se définissent selon le type d’agriculture / d’élevage, le lieu d’exercice de l’activité, et la spécialité choisie.

Globalement on distingue de manière non exhaustive les types suivants : l’apiculture (culture des abeilles), l’aquaculture, l’aviculture (volailles), la cuniculture (lapins), l’élevage bovin, l’élevage caprin, l’élevage ovin, l’élevage porcin, l’horticulture, l’hévéaculture, le maraîchage…

Tour d’horizons de quelques voies que l’on peut emprunter à tous les niveaux de la chaîne de production :

Aussi appelé Responsable des techniques agricoles. En laboratoire, c’est le spécialiste de la recherche sur les plantes et le sol. A l’aide d’essais scientifiques (protocoles), il/elle analyse des résultats, propose et vulgarise des recommandations techniques.

Sur le terrain, c’est le « médecin » des cultures car il inspecte leur état pour déterminer leurs besoins. Il/Elle évalue les pratiques sur les plantations, analyse les données météorologiques, les conditions des sols. L’ingénieur influence le choix des engrais, recommande l’arrosage, le désherbage et la récolte.

  • Le Technicien agricole (ou production semences) :

Il/Elle gère la production, prépare les terres, sème les grains, les arrose. Il /Elle vérifie le bon développement des cultures, entretient les machines et gère les stocks. Il assiste au quotidien et seconde le chef d’exploitation

  • Le Chef d’exploitation agricole (Responsable gestion de la production ou entretien parcelles agricoles).

Il/Elle peut être ingénieur agronome. Son rôle consiste à encadrer le travail sur l’exploitation et veiller à l’atteinte des objectifs de production. En attribuant les tâches telles que la semence, l’irrigation, la récolte des cultures, l’emballage des produits, le classement et l’entretien de l’équipement. Il/Elle forme les travailleurs aux techniques de culture, l’identification des nuisibles (insectes) et les mesures de sécurité. Son travail inclue l’élaboration du budget, son suivi. Il/Elle veille à la conformité des travaux, participe aux contrôles et informe la hiérarchie de tous les écarts observés sur le terrain.

Il/Elle assure la gestion technique (méthodes de travail et moyens de production) de l’élevage et supervise les opérations quotidiennes des équipes. Il/Elle veille à l’hygiène, aux soins et aux rations alimentaires du bétail. Il/Elle surveille les mouvements des animaux, les stocks, répond aux commandes pour vendre sa production. Le responsable suit sa production et les rendements.

  • L’Ingénieur agro-alimentaire s’intéresse à la transformation des matières premières et le contrôle qualité des produits finis. Il/Elle se distingue de l’agronome, impliqué en amont.

Par exemple, le lait est fabriqué par les vaches (agronomie) puis transformer en yaourt consommable (agroalimentaire). L’ingénieur agro-alimentaire s’implique par ailleurs dans l’approvisionnement, le tri des matières, l’innovation sur les nouveaux produits et peut interagir avec des commerciaux pour vendre les produits

  • Le Chargé d’études contribue au développement des territoires ruraux et des activités agricoles par ses analyses. Il/Elle aide des groupements de producteurs.

 

En plus de ces métiers, on parle « d’agrobusiness » pour désigner les activités commerciales autour de l’agriculture et des industries agroalimentaires.

  • Les métiers du Commercial, du marketing, de la vente, de la finance et des ressources humaines sont importants dans le domaine de l’agriculture. Hervé, Responsable RH recrute des commerciaux dans une entreprise agricole au Sénégal
  • Les métiers du Consulting (conseil) : c’est le cas des Consultants en économie des filières café-cacao, du Conseiller en environnement ou en économie verte (concernant la réduction de la consommation d’énergie, des matières premières, la réduction des gaz à effet de serre, la gestion des déchets, la protection et la restauration des écosystèmes)
  • L’entrepreneuriat et l’agriculture font bon ménage. Dans le domaine agricole, les opportunités ont toujours existé en Afrique et demandent toute l’attention des jeunes.

C’est le cas de Marie-Thérèse Tanoh, à la fois étudiante en économie et entrepreneure agricole en Côte d’Ivoire. Elle s’est spécialisée dans les cultures maraîchères.

 

 

Sans oublier, les métiers liés à la protection de l’environnement, des ressources naturelles, du forestier et des espaces verts.

  • L’Ingénieur génie rural est un acteur clé dans la protection de la nature, la gestion des ressources naturelles et l’aménagement de l’espace. Il se charge de la préparation de projets d’utilisation des machines et de structures agricoles, à l’élaboration de méthodes de conservation des sols, de l’assainissement et l’alimentation en eau potable.
  • L’Ingénieur forestier met en valeur la nature et les grands espaces forestiers tout en veillant à la protection de l’environnement.

 

LES ETUDES POUR Y ARRIVER : Comment bénéficier des opportunités offertes par l’agriculture ? 👨🏾‍🎓🌱

En Afrique de l’Ouest, des formations de l’enseignement supérieur combinent agriculture et élevage et permettent d’effectuer des stages pratiques dans des fermes / exploitations agricoles. Il est recommandé de faire :

Au niveau BAC+2

  • BTS /DUT Agricole, agriculture ou agronomie
  • BTS /DUT Technicien supérieur en génie rural

Au niveau BAC+3

  • Licence professionnelle en sciences agronomiques

Au niveau BAC+5

  • Master en foresterie, agro-foresterie, économie environnementale
  • Master en biologie
  • Diplôme d’ingénieur agronome ou agro-alimentaire ou en génie rural

(cycles préparatoires de 2 ans puis école d’ingénieurs en 3 ans et choix de spécialité)

  • Master en géographie option environnement, Master d’économie, statistiques, développement pour le métier de Chargé d’études par exemple
  • Master en école de commerce et des stages dans le secteur pour les activités de conseil

 

Quelques écoles et universités en Afrique de l’Ouest proposant des programmes de formation 

En plus de ces enseignements, on ne valorisera jamais assez la formation personnelle. Le tout est d’être curieux et de s’autoformer aux techniques innovantes du secteur.

Pour plus de formations en Afrique dans le domaine d’études « agrobusiness et environnement », consultez le moteur de recherche Edukiya

LES QUALITÉS 🤹🏿

Bien sûr, une motivation profonde pour l’agriculture ou l’élevage est un pré-requis. Les profils recherchés démontrent de bonnes capacités d’observation et d’analyse sur le terrain. La rigueur, l’autonomie et l’aisance relationnelle sont des atouts indéniables. Le professionnel devra être un bon gestionnaire, avec une bonne moralité.

LES DÉFIS 💪🏾

Actuellement, les défis majeurs du secteur sont la modernisation des techniques agricoles et la croissance des coopératives. Ce qui implique de :

  • Développer les techniques de gestion des petites unités de production (vs l’agriculture de subsistance)
  • Promouvoir la commercialisation et les gains de productivité par l’innovation technologique et l’appui des infrastructures
  • Augmenter la productivité (rendement / moyens mis en œuvre) et donc le revenu généré
  • Améliorer les conditions de vie en milieu rural

Des pistes de réflexion pour la jeunesse qui prendra part à ce renouveau.

LES RESSOURCES ET INSPIRATIONS 📣

 

 

 

Le retour à la terre offre de nombreuses opportunités à des jeunes qui aiment ce qui touche au vivant et à la biologie, souhaitent travailler au grand air, acquérir des compétences de terrain et accompagner les agriculteurs.

Alors l’aventure agricole vous tente ? Partagez vos avis en commentaire

 

Suivez Edukiya sur Facebook et partagez cet article pour le faire connaitre au plus grand nombre !

Commentaires

  • Elvira
    juin 19, 2021 at 8:38 pm

    Merci 🙏🏽🙏🏽

    • Ina Ouattara
      février 28, 2022 at 2:05 pm

      Contente que cet article vous soit utile 🙂 ! Ina de Edukiya.com

Ajouter un commentaire
Fermer
Malheureusement, nous n'avons pas pu confirmer votre inscription :(
Votre inscription est confirmée ! Merci pour votre inscription - Au fait avant de se quitter ⭐ pour comprendre vos besoins et mieux vous servir, on a quelques questions (3 minutes chrono). C'est par ici 🙌 https://form.typeform.com/to/jtVBoPOG, A très vite
Newsletter-edukiya-orientation-etudes-superieures-en-afrique-de-l'ouest

Comment choisir ton MÉTIER? 🎓

X
close
Thanks !

Thanks for sharing this, you are awesome !